BALZAC PARIS SECONDE VIE

Chrysoline de Gastines vous raconte...

Le vêtement qui pollue le moins, c'est celui qui existe déjà ! Les pièces Balzac Paris sont créées pour durer et pour vivre plus d’une vie.

Grâce à la seconde main, encouragez l’économie circulaire, permettez à vos pièces de vivre le plus longtemps possible et de se transmettre de femmes en femmes, et de génération en génération !

Chrysoline de Gastines, co-fondatrice de Balzac Paris, vous raconte notre engagement autour de la seconde main :

BALZAC PARIS SECONDE VIE

Chrysoline de Gastines vous raconte...

Le vêtement qui pollue le moins, c'est celui qui existe déjà !

Les pièces Balzac Paris sont créées pour durer et pour vivre plus d’une vie. Grâce à la seconde main, encouragez l’économie circulaire, permettez à vos pièces de vivre le plus longtemps possible et de se transmettre de femmes en femmes, et de génération en génération !

Chrysoline de Gastines, co-fondatrice de Balzac Paris, vous raconte notre engagement autour de la seconde main :

« ON ÉVALUE AUJOURD'HUI LE SECTEUR DE LA SECONDE MAIN ENTRE 25 ET 34 MILLIARDS D'EUROS, SOIT 2% DU POIDS TOTAL DE LA MODE ET DU LUXE. AVEC BALZAC PARIS, NOUS VOULIONS VRAIMENT ÊTRE ACTEURS DE CE CHANGEMENT ! »

Bonjour Chrysoline, pourquoi cela fait-il sens pour Balzac Paris de s'investir dans la seconde main ?

CHRYSOLINE DE GASTINES

Chez Balzac Paris, cela faisait vraiment sens de nous lancer sur le marché de la seconde main car nous aimons dire que Balzac Paris c’est « la mode de demain dès aujourd’hui » ! Nous estimons que d'ici 2028, la seconde main sera devenue encore plus importante que la fast fashion sur le marché de la mode. Nous avons donc pensé qu’il fallait s'inscrire dès aujourd'hui dans cette dynamique d’économie circulaire qu’on trouve très cohérente avec notre démarche T.P.R (Toujours Plus Responsable). Par ailleurs, nous avons une réelle volonté d’accompagner nos clientes dans cette nouvelle façon de consommer et nous aimons nous dire que quelque part, cette habitude d’achat T.P.R (Toujours Plus Responsable) sera adoptée grâce, et avec, Balzac Paris !

Pourquoi les pièces Balzac Paris se prêtent particulièrement à vivre plusieurs vies grâce à la seconde main ?

CHRYSOLINE DE GASTINES

Le tout premier engagement que nous avons pris en créant Balzac Paris, c'était que nos pièces soient créées pour durer ! Des pièces responsables, durables et de qualité. Il a donc toujours été dans notre ADN que nos pièces soient faites pour être portées, être aimées, puis être transmises, afin qu’elles vivent plusieurs vies. Avec elles, nous transmettons nos valeurs et la qualité de notre savoir-faire qui font l’âme de Balzac Paris.

Tous ces engagements s’inscrivent d'ailleurs dans la dynamique #RRRR (réparons, réutilisons, recyclons, réduisons) que nous suivons et qui incite à réduire son impact environnemental et à inscrire ses actions dans une économie plus circulaire.

Qu’est-ce qui est mis en place aujourd’hui chez Balzac Paris autour de la seconde main ?

CHRYSOLINE DE GASTINES

On évalue aujourd'hui le secteur de la seconde main entre 25 et 34 milliards d'euros, soit 2% du poids total de la mode et du luxe. Comme je le disais, avec Balzac Paris, nous voulions vraiment être acteurs de ce changement ! Nous sommes donc très fiers d'avoir lancé notre plateforme de seconde main il y a maintenant presque un an. Elle permet à nos clientes de renvoyer les pièces Balzac Paris qu'elles ne portent plus et de récupérer des bons d'achat valables sur notre e-shop en échange. Par ailleurs, elle permet aussi de proposer une offre différente à des clientes qui n'achètent pas nécessairement Balzac Paris mais sont intéressées par le secteur de la seconde main pour tout ce que cela comporte : démarche écoresponsable, prix doux...

D'autre part, nous allons également ouvrir une boutique pop up dédiée à la seconde main du 8 au 10 octobre 2021 dans le Marais à Paris, afin de permettre à nos clientes parisiennes de donner une seconde vie à des pièces Balzac Paris, et d'y déposer les pièces qu'elles ne portent plus directement là-bas !

Selon toi, pourquoi le coeur des clientes fait-il Boum pour le marché de la seconde main depuis ces dernières années ?

CHRYSOLINE DE GASTINES

Je pense que les clientes sont sensibles à la seconde main car c’est une habitude d’achat que nous avions déjà depuis longtemps en France. C’est très culturel d'aller chiner dans une brocante, une braderie, un dépôt-vente, ou une friperie : les français sont déjà enclins à acheter de la seconde main. C’est aussi pour ça que c’est assez naturel pour les marques en France d’inscrire cette logique de seconde main dans leur business model.

Et si je pense spécifiquement à nos clientes Balzac Paris, en réalité leur coeur fait boum pour notre offre de seconde main car elles savent que nos vêtements sont de qualité et qu'ils durent dans le temps. C’est forcément tentant de chiner de temps en temps de la seconde main à prix doux mais à qualité égale !

Es-tu toi-même une acheteuse de vêtements de seconde main ?

CHRYSOLINE DE GASTINES

Absolument, je suis grande acheteuse de seconde main depuis toujours ! Au-delà des vêtements d'ailleurs, car par exemple mon mobilier est aussi de seconde main. J'achète aussi beaucoup de vêtements de seconde main pour mes enfants, c'est d'ailleurs pour cela que nous avons immédiatement parlé d'ouvrir notre plateforme de seconde main à notre collection enfant dès son lancement. Cela faisait vraiment sens !

Où a lieu le pop-up de seconde main Balzac Paris Seconde Vie et qu'est-ce qu'on y trouvera ?

CHRYSOLINE DE GASTINES

Il a lieu du vendredi 8 au dimanche 10 octobre, de 11h à 20h, au 32 rue Pastourelle dans le 3ème arrondissement de Paris. Vous y trouverez des pépites ! Des sacs à mains, des chaussures, des vêtements... C’est assez exceptionnel, car l'offre est assez large, avec à la fois des pièces de seconde main, mais aussi des prototypes (donc parfois des pièces exclusives !), ainsi que nos jeans anciennes génération, et le tout à prix doux.

Nos pépites coup de coeur de seconde main en ligne par ici :

Rencontres - Chrysoline de Gastines et la seconde main

À LIRE AUSSI

RENCONTRE - REBECCA BENICHOU

RENCONTRE - AMÉLIE DU CHALARD