.

image entete article

Balzac Paris x Surfrider Foundation Europe

Chaque année, plus de 8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans nos océans. 


Aujourd’hui, Balzac Paris tire la sirène d’alarme !

Parce que la protection des océans est au coeur de nos prochaines collections, nous sommes heureux de renouveller notre partenariat avec Surfrider Foundation Europe, dont la mission est de protéger et mettre en valeur l’océan et le littoral.

Il est en 100% coton bio, labellisé GOTS (Global Organic Standard), ample et doux, et sera disponible à partir du 7 mars sur www.balzac-paris.com Qui ça ? Notre nouveau sweat Océan

Afin de s’engager pour la protection des océans, nous reversons 30€ à Surfrider Foundation Europe pour chaque sweat Océan vendu !

 

 

Rencontre avec Raphaëlle de Surfrider Foundation Europe :

- Bonjour Raphaëlle, qui es-tu et quel est ton rôle chez Surfrider Foundation Europe ?

J'ai rejoint Surfrider Europe il y a maintenant plus de 5 ans, j'ai quitté Paris pour emménager à Bayonne dans le sud-ouest et redonner un peu de sens à ma vie ! Au sein de l'ONG je suis responsable des partenariats entreprise, c'est à dire que je mets en place des partenariats qui font sens avec le secteur privé, afin de collecter des fonds pour financer des projets. 

- Peux-tu nous présenter en quelques mots l'ONG ?

Surfrider Foundation Europe est une ONG qui a pour but la protection et la mise en valeur de l'océan, du littoral, des vagues, des lacs, des rivières et de toutes les populations qui en jouissent. L’homme est au coeur de notre identité : même si nos actions ont un impact sur la biodiversité en elle-même, l’association a été créé par des surfeurs afin de remettre l’homme au centre d’une démarche durable. 

Surfrider Foundation Europe est le petit frère du Surfrider américain, né en Californie en 1984 ! La branche européenne a été créé en 1990 par Tom Curren, triple champion de surf. D’une petite association de bénévoles surfeurs, nous sommes aujourd'hui une vraie grande ONG environnementale ! Au-delà de représenter simplement les surfeurs et les pratiquants d’activité nautique, nous représentons tous les amoureux de l’océan au sens large. 

- Quelles sont les principales actions de Surfrider Foundation Europe pour préserver les océans ?

Chez Surfrider nous avons 3 leviers d’actions, que l'ont peut retrouver dans tous nos projets :

1- L'éducation et sensibilisation : mieux vaut prévenir que guérir ! Nous agissons auprès du grand public, et aussi auprès du jeune public, qui est une cible très importante pour nous.

2- La science participative et l'expertise : nous sommes accompagnés d'experts sur les différents leviers d’action de Surfrider Europe.

3 - Le plaidoyer et lobbing : à destination des institutions, locales, nationales ou européennes, mais aussi auprès du secteur privé : on essaye de faire bouger les entreprises vers de l'éco-conception ou en tous cas des actions plus éco-friendly.

Ces actions gravitent autour de 3 axes thématiques :

1 - Le plus connu et le plus ancien, c’est la lutte contre les déchets aquatiques : on parle ici de la lutte contre le plastique à usage unique majoritairement.

2 - La qualité de l’eau et la santé des usagers.

3- L'aménagement du littoral et le changement climatique.

- Peux-tu nous parler de la collaboration de Surfrider Foundation Europe avec Balzac Paris : comment cela s’est fait, pourquoi le projet t’a plu ?

Nous avions déjà déjà un petit historique avec Balzac Paris : en 2019, nous avions mis en place une opération similaire avec un t-shirt éco-conçu. Nous avions d'ailleurs récolté plus de 5000€ ! Nous sommes heureux de renouveler ce partenariat, chez Surfrider Europe, nous aussi on aime les histoires qui durent ! Nous sommes très vigilants sur nos partenariats entreprises : si l'on accepte de discuter avec tous ceux qui le souhaitent, on ne s’associe pas avec tout le monde ! Nous avons des critères à respecter, notamment la question de l’éco-conception des produits.

Ici le sweat Océan est en coton bio certifié GOTS, fait en Europe, et en plus, il est canon ! Cela nous rend encore plus fiers de cette collaboration. Et pour l’anecdote, nous n’avons jamais reçu autant de messages à propos d’une collaboration que suite à la diffusion du sweat Océan !

- Quels sont les chiffres qui sont les plus alarmants selon toi concernant la pollution des océans ? Pourquoi devrions-nous tous être concernés ?

Selon moi le premier chiffre alarmant, c’est celui-ci : 8 millions de tonnes de déchets par an qui finissent dans l’océan (source : ONU). Ce chiffre ne tend pas à baisser car malheureusement la production de plastique n’est pas en baisse ! 

Le deuxième chiffre que je trouve un peu effrayant, c'est le nombre de mégots que l'on collecte via notre programme des Initiative Océanes. C’est un programme phare de Surfrider qui organise des collectes de déchets sur les littoraux, mais aussi dans les villes, car « Jeter par terre, c’est jeter en mer » ! Lorsqu'on jette son mégot par terre à Paris, il tombe dans la Seine, et la Seine finit sa course dans la mer. Donc c’est important de dépolluer aussi les villes loin du littoral ! Chaque année, Surfrider Europe dresse un bilan environnemental qui nous permet de lister le type de déchets collectés. En 2020, nous avons ramassé pas moins de 4,30 millions mégots en Europe. Le mégot est le déchet numéro 1 depuis des années : c’est dramatique quand on sait que 1 mégot pollue jusqu’à 500L d’eau à cause de ses composés toxiques !

Je vais quand même donner aussi un chiffre qui donne un peu plus d’espoir : début 2019, une directive européenne contre certains objets en plastique à usage unique a été adoptée au niveau européen, et elle vient d’entrer en application dans tous les pays de Union Européenne au 1er janvier 2021 ! Depuis cette date, il est interdit de vendre des pailles en plastique, de la vaisselle jetable en plastique, des boites en polystyrène expansé, des touillettes en plastiques etc. Cette directive-là est directement basée sur les bilans environnementaux des Initiatives Océanes de Surfrider Europe et de plein d’autres ONG. C’est une victoire historique pour l’association depuis sa création ! Le combat continu cependant, car par exemple à l’heure actuelle, les bouteilles plastiques ne sont pas concernées par cette directive.

- Comment peut-on réduire, simplement et quotidiennement, notre impact sur la pollution des océans ?

Pour les personnes sensibles à la protection de l’environnement mais qui ne savent pas trop par où commencer, il existe l’application Ocean’s Zéro ! Elle permet de passer à une démarche zéro déchet par étapes. En commençant par des petits défis, comme remplacer sa bouteille plastique par une gourde, jusqu’à des vrais niveaux d'initiative zéro déchet, comme faire soi-même son shampoing ou son propre dentifrice solide !

On ne peut pas tous changer radicalement nos modes de consommation, il faut y aller pas à pas ! C'est mieux d'y aller graduellement que de ne pas agir, et chacun peut le faire à son échelle. 

- Comment devenir bénévole pour Surfrider Foundation Europe ?

Si vous avez envie de rejoindre le mouvement, nous avons une plateforme dédiée au bénévolat : https://volunteers.surfrider.eu/. Chez Surfrider Europe, y a différents types de bénévolat : dans un premier, temps, la possibilité de mettre ses compétences au service de Surfrider Europe sur des missions spécifiques (de la traduction par exemple). 

Pour s’engager de manière pérenne, vous pouvez rejoindre une antenne ! Nous avons plus de 40 antennes en Europe, dont 30 en France ! Il y a forcément une près de chez soi. Rejoindre une antenne permet de faire de la tenue de stand sur des événements, de faire de la sensibilisation auprès du grand public, en allant dans les écoles par exemple, l’antenne de Paris le fait beaucoup.

Pour s’engager encore plus, il y a aussi bien évidemment le militantisme : participer aux manifestations, faire tourner des pétitions etc.

Au-delà de ça, il y a plein de façons de s’engager auprès de Surfrider Europe : partager nos contenus sur les réseaux sociaux, et bien entendu faire un don ! On ne le répète jamais assez, mais chaque don compte, peu importe le montant.